Brahim SENOUCI

 
Physicien algérien, né en 1950 à Mascara.
Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise.
Membre d’associations de soutien à la cause palestinienne.
Collaborateur de journaux algériens.
Un exemple de ce qu’il écrit :
brahim
De fait, ces « jeunes issus de l’immigration » ont des parents qui ont vécu avec la France une histoire douloureuse. Ils ont hérité de leurs parents des blessures silencieuses, une mémoire meurtrie qui n’a toujours pas droit de cité dans la France d’aujourd’hui. Intégrer ces jeunes, c’est d’abord naturaliser cette mémoire afin qu’elle devienne un pan de l’imaginaire national. On ne peut régler les conflits d’aujourd’hui en faisant semblant d’ignorer les antagonismes d’hier que charrie l’inconscient collectif. L’Histoire de France est riche en pages glorieuses mais aussi en épisodes sombres. Il se trouve que ces « jeunes issus de l’immigration » sont les enfants de ces épisodes sombres, épisodes souvent occultés, renvoyant ceux qui ont eu à en souffrir à un sentiment d’incompréhension gros de frustrations et de conflits potentiels.

Publications


  • « Algérie, une mémoire à vif, ou le caméléon albinos », préface de Stéphane Hessel, L’Harmattan, septembre 2008.
Un extrait de ce qu’en dit le Monde Diplomatique, sous la plume de Marina Da Silva (mai 2009) :
Dans ce premier livre, Senouci, qui vit en France depuis 1994, donne à voir l’Algérie de sa mémoire et celle d’aujourd’hui dans un va-et-vient incessant entre souvenirs personnels et analyse politique sans concession. Il cherche à comprendre le désespoir et la violence qui se manifestent depuis vingt ans, et qui trouvent, selon l’auteur, leur origine dans la colonisation française. Pour tordre le cou au discours trop souvent entendu sur les « bienfaits » de cette dernière, il montre ce que la société algérienne d’aujourd’hui doit à l’entreprise de démembrement menée de manière méthodique par les autorités coloniales. Il ne cherche pas à faire œuvre d’historien, mais parle à la première personne à partir de la figure du témoin.





Retour